Témoignages de lecteurs

C'est avec une très grande joie que je vous écris ce message, je suis Africain, et j'ai la chance d'avoir votre si bon livre en ma possession, j'apprécie les thèmes abordés, ils me sont utiles, surtout le perfectionniste, j'apprécie l'orientation et merci de nous aimer, nous vous apprécions également. Merci.

Maya, Côte d'Ivoire

Je prend le temps de vous écrire suite à la lecture de votre livre 'Rebondir après un licenciement'. J'ai 57 ans, suis de Montréal et en janvier 2015 je suis parti en retraite anticipée suite a une réorganisation après 36 ans de service.  

J'ai vécu un épisode de vide pendant 6 mois et par la suite en juillet 2015 j'ai commencé à lâcher-prise, a faire plus confiance en la vie et à explorer d'autres opportunités.

Je suis tombé sur votre livre par hasard ( ou synchronicité ?? ) au mois d'août dernier.

Depuis je note les pépites de la journée et c'est une excellente facon de suivre mes progrès et de voir les choses avec une autre perspective.

Je travaille présentement dans un centre de ski près de Montréal et je m'y amuse beaucoup.

Merci,

 Alain, Canada

J'ai découvert votre  petit cahier d'exercices de Lâcher-prise qui est génial !

Isabelle, France

 

 


 

 

44 - Bénédicte Therre, coach et consultante en Ressources Humaines

EN AVANT-PREMIERE

Voici le début du nouveau livre d’Helen Monnet « REBONDIR APRES UN LICENCIEMENT » qui sortira le 21 Avril dans la collection Poche des éditions Larousse :

« Vous venez d’apprendre « LA nouvelle ». Hier encore vous vous trouviez à votre poste sans vous douter de rien. Ou en espérant vaguement, malgré certaines rumeurs, y rester.

Ce qui était – une routine de travail a priori sûre – n’est plus. Vous vivez désormais l’a posteriori et ne pouvez y croire. Vous ne parvenez pas à vous imaginer hors de l’entreprise. Vous avez l’impression qu’il s’agit de quelqu’un d’autre... Bref, vous voilà un peu « sonné ».

Ce moment d’effarement, quel licencié ne l’a pas connu ! Rassurez-vous : il est parfaitement NORMAL. Il faut du temps à l’être humain pour « encaisser » cela. La première chose à faire est de vous réconforter, de vous offrir de la douceur. Il y a urgence à contrecarrer cette brutalité qui vous est faite, quelle qu’en soit la raison. »

Read More

43 - Olga Chiappini, senior coach

Chèr(e)s ami(e)s de Selfarmonia,

Levé du jour sur l'Anapurna ©Olga Chiappini

Levé du jour sur l'Anapurna ©Olga Chiappini

Ce mois-ci j'ai choisi de donner la parole à une consœur senior coach Olga Chiappini qui a aussi le talent d'être une pédagogue émérite et ce, des deux côtés des Alpes : 

" Parler de coaching…

Quinze ans de métier déjà, et toujours le même enthousiasme.

Je lisais un jour : « il faut avoir beaucoup appris pour être simple » ; je partage cette idée et  rajoute volontiers : « sans devenir simpliste ».

Aujourd’hui je suis de plus en plus consciente des subtilités du coaching et de comment, pour être pertinent et opportun dans nos interventions, il est nécessaire de prendre en compte de manière spécifique et différente, chaque situation à laquelle nous sommes confrontés.

J’aime ce métier et je considère comme une chance le fait de pouvoir aider un être humain à se reconnecter de manière plus authentique à lui-même.

Une chance aussi d’être moi-même le témoin de changements profonds, parfois étonnants pour la personne elle-même, qui se reconnecte à des ressources oubliées, qui vont lui permettre de vivre sa propre vie de manière plus autonome.

De plus en plus consciente de la responsabilité que j’ai, en tant que coach, vis à vis des personnes qui m’accordent leur confiance pour les accompagner dans leur chemin d’évolution ; je continue moi-même un chemin de professionnalisation jamais fini, en me faisant accompagner à mon tour, pour apprendre, comprendre, partager.

Ce que je sais c’est que je ne sais pas, jamais, à la place de l’autre ; qu’il est important que je partage avec mon client mes hypothèses, sans jamais imaginer qu’elles sont « vraies ».

Le métier de coach devient donc un chemin de croissance et d’humilité : aujourd’hui j’ai une réelle et profonde gratitude pour toutes les personnes que j’ai accompagnées et à qui je désire dire merci :

  • Merci de m’avoir poussée à apprendre encore et encore,
  • Merci de me permettre de me questionner, en vous questionnant,
  • Merci de nos partages, qui me poussent à chercher la finesse du lien ajusté,
  • Merci d’avoir accueilli votre part la plus vulnérable,
  • Merci de m’avoir permis de grandir, en vous montrant votre propre force,
  • Merci de ces échanges si humains, qui donnent sens à la vie.

Ce que je retiens de plus important de toutes ces années d’expérience est que le coaching ne peut être qu’ « intégratif » : le client ne peut être considéré autrement qu’une personne à part entière, avec des besoins spécifiques auxquels il est important d’être attentif pour créer avec lui un lien « sécure », un espace protégé.

Ce qui me paraît aujourd’hui essentiel, est de continuer à me professionnaliser en travaillant sur ma qualité de présence.

Je pense alors à celui qui m’a montré le chemin, Carlo Moiso, qui aimait rappeler la phrase inscrite sur le fronton de l’Université La Sapienza de Rome « Malheureux est le maître qui ne donne pas à ses élèves le moyen de le dépasser ; malheureux sont les élèves qui ne cherchent pas à le dépasser ».

C’est pour cela que j’ai crée en 2012 un parcours de formation pour managers et pour coachs, qui soit le plus adapté possible aux spécificités de chacun et qui devienne donc un vrai chemin apprenant.

Bio express

Docteur en Droit International et diplômée d’HEC, après 15 d’expérience chez IBM, Olga Chiappini a voulu élargir ses domaines de compétences avec un DESS en Ressources Humaines et une formation au coaching (CT+ de Vincent Lenhardt). Elle s’est ensuite formée pendant 8 ans avec Carlo Moiso (prix Eric Berne 1984) et continue son parcours avec Richard Erskine (double lauréat du prix Eric Berne et fondateur de l’IIPA). Elle accompagne en tant que coach les dirigeants d’entreprise et leurs équipes, conçoit et met en œuvre des programmes complets, et multilingues, de leadership et conduite du changement. "

Olga Chiappini

 

A tout bientôt sur Genève, n'est-ce pas ?

sereinement vôtre

H. Monnet

42 - « L’Ecriture Thérapie » de Helen Bah paru aux Editions Eyrolles

Cher(es) ami(es) de Selfarmonia,

© A. Lhospitalier

 Lors de ce dernier mois calendaire, notamment pendant la « trêve des confiseurs », il pourrait être sage de demeurer bien au chaud dans sa chaumière pour y écrire à loisir, et ainsi tenter de rédiger une sorte de « bilan annuel ».

Et donc en vue d’aider ceux et celles qui le souhaiteraient, je vous propose un excellent ouvrage, très accessible, celui d’une femme de lettres, Hélène Bah : « L’Ecriture Thérapie » paru aux Editions Eyrolles.

 

 

 En matière de développement personnel, l’écriture se révèle souvent un outil précieux. Il pourrait même parfois permettre de peaufiner un test de personnalité.

Voici comment l’auteure le présente d’emblée : « Une habitude séculaire a banalisé cet acte extraordinaire, qui permet à notre main de tracer devant nos yeux les signes qui portent notre pensée. Nous pouvons alors comme la saisir, la peser du regard, la faire entrer dans un circuit de réflexion plus tangible parce qu’il passe à l’extérieur de nous (une feuille de papier) »

Ainsi l’objectif de sa démarche de développement personnel nommée « Ecriture Resolutive » est-il  « de « vous écrire, puis de « vous lire », afin de vous « déterminer ». Et tout l’intérêt réside dans ce qui les relie : leur objectif identique et leur enchaînement chronologique ».

Puis l’auteure ajoute : « La situation d’écriture, la forme spéciale d’isolement qu’elle exige, peut ménager ce vide salutaire dans lequel nous ne sommes pas en permanence acculés à agir. Dans notre monde de performance et de vitesse, qui ne se plaint de ne pouvoir prendre du recul, de ne pouvoir, comme on dit « sortir la tête du guidon » ? »

En effet, l’Ecriture Résolutive que propose Hélène Bah est aussi un remède complémentaire aux techniques psycho-corporelles comme l’Auto-Relaxation Respiratoire contre le stress. Sa « valeur-ajoutée » consiste à faire émerger la singularité de l’individu et à lui permettre de construire ses propres solutions pour faire évoluer sa situation. L’autonomisation du potentiel humain est alors au bout du chemin !

En outre, l’auteure souligne aussi l’intérêt de l’Ecriture Resolutive en entreprise : « L’essence même du business est bien d’être « busy », non ? Or une telle conception  de l’efficacité paraît ignorer la nécessité des temps de latence à la maturation des idées.Le business a horreur du vide, un vide où il aperçoit le signe précurseur de sa propre disparition. (…) Or on sait aussi qu’une idée énoncée au bon moment de la bonne manière peut changer le monde. »

Rappelez-vous par exemple ces slogans qui ont fait le tour de la planète : « Just do it » de Nike ou « parce que vous le valez bien » de l’Oréal.

Puis Hélène Bah poursuit : « La quête de sens, d’ancrage « humain » qui se manifeste aujourd’hui partout et en particulier dans les organisations professionnelles a tout à y gagner. Comment, sinon, donner un contenu concret aux idées de « vision », de « motivation », de « charisme », d’ « esprit d’équipe » ? (…) Le management, le relationnel, voire la communication constituent des domaines où on admet, dans une certaine mesure, qu’une vision personnelle s’exprime »

Je confirme vraiment cela dans les différents types de séminaires d’entreprise que j’anime et où je laisse toujours la place à un moment de rédaction individuelle, qui enrichit beaucoup la réflexion du groupe (membres d’un Codir, d’un service, d’une nouvelle unité opérationnelle,…) 

Alors, à vos plumes ?

Et pas seulement pour écrire vos cartes de vœux !

En attendant de vous saluer de nouveau en Février prochain, je vous souhaite à tous une excellente fin 2014, dans la joie et la paix du coeur !

 

Helen Monnet
Selfarmonia